Erythrée – Une dictature à combattre, un trafic d’êtres humains à stopper !

Carte_erythreeDepuis 2009, un trafic d’êtres humains sévit dans la péninsule du Sinaï.  Ce sont au moins 50.000 déportés, et 12.000 personnes qui sont mortes dans les camps de torture du Sinaï.

Le procédé est bien rodé : la plupart du temps, les victimes, des Érythréens cherchant à fuir la dictature militaire d’Issayas Aferworki sont kidnappées par des hommes armés aux alentours de camps de réfugiés au Soudan. Elles sont ensuite revendues à des passeurs qui livreront « leur marchandise » 3.000 kms plus loin, dans le nord Sinaï, à la frontière israélo-égyptienne. Chaque jour, les victimes sont torturées avec une indicible cruauté. Durant ces sessions de torture, les tortionnaires forcent les otages à appeler leur proche afin qu’ils implorent sous les coups une rançon de 20.000 à 40.000 dollars. Une somme exorbitante, souvent impossible à réunir pour les familles qui payent au compte-goutes les sommes demandées et s’endettent à vie.

A ce jour, 50 000 personnes seraient passées par le Sinaï, 12 000 n’en seraient jamais revenues.

Dans un reportage terrible et passionnant publié dans Le Monde au mois d’octobre, Cécile Allegra et Delphine Deloget font le récit de leur enquête sur ce trafic aux allures de crime contre l’humanité, qui se déroule en toute impunité sous les yeux de l’Égypte et d’Israël.

Leur documentaire de 60mn, « Voyage en barbarie », suit les pas de 4 Érythréens rescapés de ces « camps de torture ». Livrant des témoignages à valeur de pièce à conviction et montrant victimes et bourreaux à visages découverts, le film est en lui-même une accusation à dimension internationale.

Continue reading

Share